Paris : Les casinos reviennent sous une autre forme

Spread the love

Après 10 années d’extinction, la faute aux pratiques douteuses, les casinos reprennent vie à Paris. Cette fois-ci, ils reviennent sur une forme toute différente qu’on appelle aujourd’hui « club de jeux ».

Création des clubs de jeux

Les vieux casinos, plus connus sous le nom de cercle de jeux, ont fermé leur porte depuis maintenant 10 ans. Le Wagram, Concorde ou encore Aviation du Club de France sont ainsi tombées dans l’oubli. Aujourd’hui, ces derniers ont laissé la place aux clubs de jeux qui sont maintenant régis par de nouvelles disciplines. Même que si auparavant, on reconnaissait les casinos par le son qu’émettaient les différentes machines à sous qui s’y trouvaient, actuellement, ce ne serait plus le cas. En début de l’année 2018, la loi réformant le statut de Paris a tout changé. Les machines à sous d’autrefois se sont vues remplacées par de nouveaux jeux de table comme le poker. Ils seront par contre, malheureusement, privés des activités les plus connues dans le domaine.

Une toute nouvelle atmosphère dans les casinos

Privés de plusieurs jeux existant dans les anciens casinos, on entendra plus ce bruit habituel à l’oreille que faisaient les machines à sous. On n’entendra plus le son des roulettes ou encore le frisson du black jack. Vous aurez par contre la possibilité de participer à de nouvelles disciplines comme le poker, le baccara ou le mah-jong. Les clubs représentant ce nouveau genre sont comme des sous-casinos, ils sont nommés Clubs low profil. En outre, la participation pour le Cercle Clichy-Montmartre s’élèverait à 50 euros cette année s’il était à 20 euros l’année dernière. 2018 sera pour Paris une année de changement, car une modification de statut de la capitale ne peut que signifier une chose : les casinos devront être transformés en un vrai club.

Les nouveaux casinos sont-ils en compétition ?

Les groupes Raineau, Partouche et Tranchant sont les seuls, jusqu’à ce jour, à avoir déposé leur dossier auprès de la préfecture. Barrière, qui est le numéro un des casinos français, quant à lui, n’a pas peur de concurrencer avec les nouveaux clubs de jeux. De son côté, le casino d’Enghien a toujours été le seul club sur un rayon de 100 km autour de la capitale. Ce qui ne l’inquiète pas pour autant, car il sait que ses autres adversaires ne lui seront pas de taille. Les clubs de jeux, par contre avec sa nouvelle structure, auront à se constituer en société commerciale. Une tâche que les défunts cercles de jeux n’ont jamais eu à faire à leur époque. Ils doivent en même temps garantir la traçabilité des fonds et les comptes doivent être sous surveillance d’un commissaire.